Warum

Copacabana

de et Odyr
Prix : 20,00 €
Pages : 184
Noir & Blanc
ISBN : 9782365350495


Résumé

“Quelqu’un a dit un jour que si on entourait Copacabana de murs, on en ferait un asile,  et si on y mettait du grillage, ce serait un zoo...“

Rio de Janeiro est un mythe autant qu’une ville, un eden pour fuyards de cinéma, où on vient se cacher pour danser la samba et boire des caipirinhas sur la plage . 

La débrouillardise est une règle de survie brésilienne, surtout à Rio, et nulle part ailleurs plus qu’à Copacabana, là où les prostituées, les portiers, les chauffeurs de taxi et les gamins des rues vivent pour aider et gruger le touriste, avec le même sourire.

Diana est une de ces filles de la rue, qui tente de survivre aux nuits de Copacabana. En temps normal, elle est réglo, mais, quand l’argent vient à manquer, elle accepte parfois des combines qui peuvent tourner mal.

Très très mal...

Un dernier livre avant la fin du monde : Avec son trait épais, aux ombrages marqués et lourds, Odyr retrace la misère qui pèse sur les entrailles du district de Rio, joue sur l’ombre et la lumière peignant le corps de Diana. Tandis que le découpage des pages marque le rythme de lecture, alternant lancinance et rapidité effréné à la manière des passes de la belle héroïne, l’écriture de Lobo vient marquer la danse avec un langage cru et franc, mais aussi teinté d’une tendresse et d’une fierté certaine pour ces femmes qui luttent et vivent de leurs corps. Jamais moralisateur, ne s’abandonnant pas aux facilités du pathos, le duo nous dressent un quotidien trop méconnu et surtout trop souvent volontairement enfoui sous les carnavals, paillettes et sourires étincelants affichés sur les dépliants touristiques du Brésil.

Parution 8 octobre 2014

Pour ceux qui aiment :